Patrick Matte

Last​.fm

Last​.fm est un de ces sites du Web 2.0 qui intègre des éléments de notre vie person­nelle dans un envi­ron­ne­ment commu­nau­taire. Le service est avant tout un outil télé­char­geable qui se greffe au Lecteur Windows Media ou à une pano­plie de lecteurs multi­mé­dia (Winamp, iTunes, …) pour trans­mettre de l’information sur les chan­sons que nous écou­tons sur notre ordi­na­teur.

Last​.fm compile le tout et nous offre, grâce à une fiche acces­sible par le Web, diffé­rentes statis­tiques sur notre écoute : les dernières chan­sons écou­tées, le top 10 des artistes écou­tés pour une semaine donnée, nos artistes préfé­rés… Il permet aussi de trou­ver des gens qui ont les mêmes goûts que nous et nous recom­mande des décou­vertes musi­cales selon nos préfé­rences. En gros, c’est le Web 2.0 comme on est habi­tué de le voir aujourd’hui.

20 millions d’utilisateurs répar­tis dans 232 pays sont membres de Last​.fm. En combi­nant les résul­tats de tous ces utili­sa­teurs, Last​.fm nous four­nit un palma­rès fort inté­res­sant de ce qui est le plus écouté chaque semaine sur la planète. Fini les chiffres de vente gonflés ; le système nous permet de faire la diffé­rence entre un album acheté par pres­sion popu­laire et laissé de côté rapi­de­ment, et un autre qui est écouté jour après jour pendant des mois, voire des années. Les résul­tats sont donc plus fiables qu’un palma­rès tradi­tion­nel, basé sur les chan­sons jouées à la radio ou les ventes d’albums en maga­sin.

Des statis­tiques globales

Amateur de statis­tiques que je suis, j’ai exploré le palma­rès de la semaine du 4 décembre 2007. On peut y lire que dans le top 10 des artistes qui ont le plus joué durant cette semaine, la première place revient à Radiohead. Fort de leur dernier album et de leur méthode de vente origi­nale, ils comblent les gens écoute après écoute.

Vient ensuite une surprise, en 2e posi­tion, un certain groupe formé il y a 45 ans : The Beatles. Hé oui, dans la semaine du 4 décembre 2007, leurs chan­sons ont joué à profu­sion.

Une autre statis­tique inté­res­sante : les 10 premières places sont tenues par des groupes. En fait, il faut se rendre à la 26e posi­tion pour rencon­trer le premier artiste solo : Kanye West. Et en 39e posi­tion pour entendre la première voix fémi­nine : Feist.

Voir le palma­rès complet de la semaine en cours.

C’est trou­blant quand on compare ces résul­tats avec le Billboard Hot 100, qui est une réfé­rence fiable en matière de palma­rès, aux États-Unis du moins.

D’où peut prove­nir cette diffé­rence de résul­tats ? J’ai quelques idées là dessus.

Profilage : Les gens qui installent un plugi­ciel pour leur lecteur multi­mé­dia ont quand même un mini­mum d’intérêt pour les bidules tech­no­lo­giques. Ils ne sont donc peut-être pas repré­sen­ta­tifs du « M. Tout-le-monde » tradi­tion­nel en ce qui a trait aux goûts musi­caux. Mais pour­tant, Last​.fm sert 20 millions d’utilisateurs. Qui est « M. Tout-le-monde » s’il ne fait pas partie de ces 20 millions ?

Méthode : Les palma­rès tradi­tion­nels sont basés sur la quan­tité de ventes d’albums et le nombre de passage à la radio. C’est un système qui béné­fi­cie aux nouveau­tés.

Qualité : Comme je disais précé­dem­ment, ce n’est pas parce qu’un consom­ma­teur achète un album qu’il va l’aimer et l’écouter souvent. Un peut être déçu de son nouvel achat et le mettre de côté, ou au contraire l’écouter sans arrêt. Ceci n’a pas d’écho dans le système de palma­rès tradi­tion­nel.

Avis aux inté­res­sés
J’aimerais connaître votre opinion sur la diffé­rence des résul­tats. J’aimerais aussi savoir si vous faites plus confiance à la méthode tradi­tion­nelle ou la méthode « Last​.fm ».

Écrit le 13 décembre 2007 par Patrick Matte

Répondre